Une île aux oiseaux à l’embouchure de la Venoge

An island in Préverenges – Lake Léman

here – ici

Photos de la construction d’une île aux oiseaux à l’embouchure de la Venoge

Une île aux oiseaux à l’embouchure de la Venoge
Située au coude nord
du Léman, la baie de Préverenges fonctionne comme un butoir pour les oiseaux
migrateurs arrivant du lac au printemps, revenus d’Afrique et en route pour
leurs lointains quartiers d’été, dans la toundra arctique. Plus de 230 espèces y
ont été identifiées à ce jour, ce qui en fait un des hauts lieux de
l’ornithologie helvétique, révélé en 1943 déjà par Charles Chessex. Les
hauts-fonds exondés au printemps près de l’embouchure de la Venoge attirent de
nombreux petits échassiers (limicoles), mouettes, goélands et sternes, tentés de
faire escale pour se reposer et se nourrir avant de poursuivre leur voyage, long
de plusieurs milliers de kilomètres. Les longues pattes et le bec effilé sont
une adaptation exclusive aux vasières peu profondes qu’ils doivent
impérativement trouver sur leur chemin pour reconstituer leurs réserves
d’énergie. Malheureusement, les rivages naturels ont pratiquement disparu avec
l’urbanisation croissante. Les grèves situées à proximité de l’embouchure de la
Venoge ne sont exondées qu’une partie du printemps et n’offrent aucune
possibilité d’escale pendant la migration d’automne. De plus, les dérangements
fréquents, notamment des chiens non tenus en laisse, perturbent sans cesse les
oiseaux.

Face à cette situation, le Cercle Ornithologique de Lausanne
(COL), en collaboration avec Pro Natura Vaud et le Groupe Ornithologique et de
Sciences naturelles de Morges et environs (GOS), a élaboré un projet d’île aux
oiseaux à proximité de l’embouchure de la Venoge. Cette île, située à une
centaine de mètres de la rive, sera composée d’un enrochement en forme d’arc de
190 mètres de long abritant un banc de sable et de graviers. Étant en toute
saison exondée, elle offrira une capacité d’accueil optimale pour les oiseaux.
Elle constituera un attrait pour les promeneurs qui pourront observer ces
migrateurs dans d’excellentes conditions.
Source: nosoiseaux.ch

Commentaires
  • Anonyme dit :

    Ha, Ha, c’est donc cela qu’ils construisent si industrieusement jour après jour.

    C’est très bien pour les oiseaux qu’on a bien du plaisir à voir chaque année, un peu moins sans doute pour les sportifs acquatiques du coin qu’on a aussi bien du plaisir a admirer par jours de grands vents (mais ils s’y feront et j’espère qu’aucun n’ira s’écraser contre les rochers).

    Merci pour vos informations et bonne journée.

    Une promeneuse régulière.

    G. Rota

  • Anonyme dit :

    He, he! pour une fois que des £sous$ sont versés au compte de la nature c’est sympa!

    De plus, pour les grands vents, il est plus au large.