Paralpinisme / Base-Jump

Pratiquants amoureux de la nature, nous sommes de plus en plus d’adeptes de cette forme de chute libre. Sur les falaises majestueuses des Alpes ou d’ailleurs, dans un soucis d’éthique et de respect de l’environnement.

Le paralpinisme est un sport qui associe la pratique de la montagne et de la chute libre. Se distinguant de l’activité « base-jump » par le fait qu’il ne s’agit pas de sauts depuis des édifices urbains ou publics mais uniquement en milieu naturel, ce nouveau sport prend aujourd’hui sa place dans les activités de montagne comme le parapente ou l’escalade.

Photo: Valais Suisse

Le paralpinisme se pratique dans un milieu naturel que nous ne sommes pas les seuls à fréquenter. D’autres sportifs, mais aussi des habitants, la faune et la flore y sont présents. Il s’agit donc pour le paralpiniste d’adopter un comportement respectueux des personnes et des milieux naturels en accord avec notre amour des montagnes où nous pratiquons notre sport.

Quelques recommandations évidentes !
L’usage de la voiture est strictement limité aux routes autorisées. L’hélicoptère qui a pu être utilisé dans d’autres pays doit être bannis.
L’accès aux spots se fait dans le respect du milieu et des propriétés. Il existe une multitude de biotopes à préserver. Il est préférable, tant que cela est possible, de rester sur les sentiers pour préserver la végétation et limiter l’érosion.
Nous ne laissons aucune trace de notre passage. Nous remportons tous nos déchets y compris les mégots de cigarette.
La discrétion et le silence sont de rigueur.
Nos contacts avec la population sont très importants. Il est nécessaire de faire appel aux ressources locales humaines et matérielles.
Il est nécessaire de respecter les réglementations locales.
Le développement de notre sport ne peut se faire sans tenir compte de son impact environnemental.
Toutefois il faut remarquer le caractère totalement écologique de notre activité : absence d’équipement laissé à demeure, pas d’utilisation d’engin motorisé, pas de bruit, aucune trace!
C’est pourquoi l’Association de Paralpinisme, si elle appelle ses adhérents à respecter les réglementations, ne peut comprendre une défense intégriste du milieu naturel visant à en exclure toute activité.

Photo: Valais Suisse

N’oublions pas que les dommages causés par notre sport peuvent êtres considérés comme quasi nuls et en tous cas sans commune mesure avec ceux dus aux « aménageurs » de la montagne.
L’Association de Paralpinisme recherchera chaque fois qu’une interdiction de saut existera, un accord avec les autorités compétentes dans le respect du milieu et des intérêts de chacun.

Source http://paralpinisme.base-jump.org

Commentaires